EXPOSITION DE DOROTHY SHOES
galerie du lucernaire (53 rue Notre-Dame-des-Champs 75006 Paris) du 10 mars au 30 mars 2008

 

« MONOLOGUES »

onerevolutiondaedalus

    L'exposition de la jeune photographe Dorothy Shoes, est une exposition à deux voix. En effet, les photographies sont accompagnées d'un texte écrit par l'écrivain et scénariste Erwan Larher. L'univers qui se dégage m'a littéralement captivée. Ces photographies nous transportent dans un monde gonflé de poésie. De par leur couleurs sombres et profondes, leur compositions décalées, les images alors présentées ne sont pas seulement de simples portraits, mais des interprétations sensibles et originales de diverses pensées. De l'ordre du rêve, les photographies de Dorothy Shoes, brillante et autodidacte, nous transmettent un regard poétique sur la vie. Les décors des images nous envoient dans un monde parallèle, à la fois délabré et étonnant, où aucune règles ne nous écrasent, où l'on peut laisser libre court à notre imagination.

Donquichotte_by_DorOthY_ShoEs

Les portraits sont associés à des mots en liberté, des textes manuscrits qui s'insèrent dans la photographie et ajoutent alors à l'image une dimension psychologique. A la manière de Roger Ballen, Dorothy Shoes, par l'ajout de signes graphiques auprès des personnages créent des portraits fictifs et magiques. Chaque photographie a la faculté de raconter une histoire, l'interprétation est libre. Comme devant un film de Michel Gondry, les petits effets spéciaux effectués à la main, nous rappelle que ce monde peut être arrosé de petites gouttes de bonheur, de poésie et de folie heureuse.

Le texte de Erwan Lahrer qui accompagne les photographies, est écrit de manière contemporaine et libre. Il traite d'une séparation narrer du point de vue d'un appareil photo. Cette histoire originale permet de créer une fiction autour de Dorothy Shoes, il présente l'univers et l 'oeil de la photographe de façon sensible et poétique.




sand_seller

En conclusion, cette petite exposition pleine de créativité ne peut que plaire. Certes il n'y a pas de discours conceptuel à en tirer. Mais ça fait du bien!!!

De plus, il faut noter que la galerie du Lucernaire, lieu agréable, est plutôt chaleureuse.

A vous de juger!

 

Je vous laisse sur une citation d'Erwan Larher à propos de Dorothy Shoes qui résume très bien son regard :

  « Elle parle au subjectif ».

(pour découvrir l'écriture de Erwan Larher : cliquez ici

pour découvrir les photos de Dorothy Shoes : cliquez ici)

 

Fanny